L'hypo et l'hyperthyroïdes

Vous avez un diagnostic d’hypo ou d’hyperthyroïdie. Voici une fiche qui vous aidera à mieux comprendre ce qui en est.

 

Qu’est-ce que la thyroïde?

La thyroïde est une glande en forme de papillon située au niveau du cou, quelques centimètres sous la pomme d’Adam.

À quoi sert la thyroïde?

Le rôle principal de la thyroïde est de fabriquer des hormones thyroïdiennes à partir de l’iode contenu dans la nourriture. Celles-ci contribuent ensuite au fonctionnement normal du corps. Voici les deux hormones thyroïdiennes produites par la thyroïde :

  • La thyroxine (T4)
  • La triiodothyronine (T3)

Quels sont les rôles des hormones thyroïdiennes?

Les hormones thyroïdiennes ont un effet dans tout le corps, notamment sur le coeur, le système digestif et les reins. Entre autres, elles contribuent :

  • À la croissance et au développement des os
  • Au développement du tonus et au fonctionnement des muscles
  • Au fonctionnement du coeur
  • À la régulation de la température
  • Au développement et maintien de la fonction du cerveau
  • À l’hydratation de la peau
  • Au maintien d’une bonne digestion
  • Au développement d’une puberté normale

Comment fonctionne la thyroïde?

La thyroïde ne fonctionne pas seule. Elle est contrôlée par une hormone sécrétée par l’hypophyse (une glande située à la base du cerveau), la thyréostimuline (TSH).

Qu’est-ce que l’hypo et l’hyperthyroïdie ?

Ces maladies sont relativement fréquentes, affectant ensemble environ 5% de la population.

L’effet général des hormones thyroïdiennes est de réguler le métabolisme, c’est-à-dire la vitesse à laquelle le corps brûle les calories pour produire de l’énergie. Une surcharge d’hormones thyroïdiennes, condition nommée hyperthyroïdie, accélère tous les processus métaboliques et cause des symptômes.

Au contraire, l’hypothyroïdie est la condition caractérisée par une glande moins active, créant ainsi un manque d’hormones thyroïdiennes dans la circulation. Cette situation peut amener un ralentissement des fonctions vitales du corps et affecter le bien-être.

Quels sont les symptômes de l’hypo et de l’hyperthyroïdie ?

Tel que mentionné, les hormones thyroïdiennes affectent plusieurs organes du corps. C’est ainsi que l’hypothyroïdie peut créer les symptômes suivants :

  • Fatigue
  • Lenteur
  • Gain de poids
  • Peau sèche
  • Frilosité
  • Constipation
  • Troubles menstruels
  • Douleurs musculaires
  • Ralentissement du rythme cardiaque
  • Dépression
  • Troubles de concentration

Pour sa part, l’hyperthyroïdie peut engendrer les symptômes suivants :

  • Palpitations
  • Fatigue
  • Nervosité
  • Tremblements
  • Perte de poids (avec un appétit normal ou augmenté)
  • Faiblesse musculaire
  • Selles fréquentes ou diarrhée
  • Intolérance à la chaleur
  • Changement des yeux
  • Dépression
  • Troubles de concentration
  • Insomnie

Quelles sont les causes de l’hypo et hyperthyroïdie ?

Il existe plusieurs causes à un dérèglement de la glande thyroïde. Toutefois, dans le cas de ces deux débalancements, la cause la plus fréquente reste une maladie auto-immune. Le corps produit des anticorps dirigés contre la thyroïde, la faisant fonctionner trop ou pas assez. Ces maladies, dites auto-immunes, sont plus fréquentes chez les femmes. Elles se nomment thyroïdite d’Hashimoto, dans le cas de l’hypothyroïdie, et maladie de Graves, dans le cas de l’hyperthyroïdie, du nom des médecins qui les ont décrites.

Pour l’hyperthyroidie, des nodules (bosses) peuvent parfois produire trop d’hormones comme dans le goitre multinodulaire ou le nodule fonctionnel.

Les autres causes d’hypo ou d’hyperthyroïdie peuvent être : une inflammation transitoire de la glande thyroïde, une chirurgie de la thyroïde, un traitement à l’iode radioactif, certains médicaments (contre hépatite C, amiodarone, lithium, produits naturels, etc.), les produits de contraste utilisés en radiologie, des situations particulières telles que la grossesse ou des maladies congénitales (de naissance).

Qu’est-ce que le goitre et est-il en lien avec l’hypo ou l’hyperthyroïdie ?

Le goitre est une augmentation de volume de la glande thyroïde, ce qui la rend plus visible. Le goitre était plus fréquent dans la population avant que l’iode ne se retrouve partout dans notre alimentation (dont le sel iodé). Par contre dans certains pays il y a encore des déficits en iode. La thyroïde, manquant ainsi d’iode pour produire des hormones thyroïdiennes, augmente de volume.

L’hyperthyroïdie, comme l’hypothyroïdie, peuvent se présenter avec un goitre. L’hypothyroïdie peut, à l’inverse, aussi donner une glande thyroïde plus petite, à peine palpable. Toutefois, le goitre peut aussi n’être relié à aucun débalancement hormonal de la thyroïde.

Comment diagnostique-t’on l’hypo et l’hyperthyroïdie ?

Après que votre médecin ait établi que vos symptômes puissent être en lien avec la thyroïde et ait procédé à un examen physique, il doit confirmer le tout par une prise de sang. C’est la seule façon d’établir qu’il y a un débalancement de la glande thyroïde.

Le dosage de TSH est le test le plus utile pour établir un diagnostic. Le dosage de la TSH sera élevé en cas d’hypothyroïdie et abaissé dans l’hyperthyroïdie. Le dosage des hormones T3, T4 s’avère également utile pour connaître la sévérité de l’atteinte. Dans l’hypothyroïdie, elles seront normales à abaissées et dans l’hyperthyroïdie, elles seront élevées.

Des examens d’imagerie sont-ils nécessaires ?

Dans le cadre de l’hypothyroïdie, aucune imagerie en radiologie n’est nécessaire.

En ce qui a trait à l’hyperthyroïdie, une imagerie en médecine nucléaire est souvent obtenue pour préciser la cause. Ce test s’effectue avec de l’iode radioactif ou du technétium. On l’appelle une scintigraphie thyroïdienne.

Attention, vous pouvez avoir à effectuer d’autres examens. Vos médecins décideront des examens pertinents, selon votre situation.

En quoi consiste le traitement de l’hypothyroïdie ?

Il existe des hormones thyroïdiennes de remplacement qui sont prescrites lors d’un diagnostic d’hypothyroïdie : la lévothyroxine (T4). Le dosage initial de la médication sera établi selon votre poids et la cause du débalancement et sera ajustée par la suite, à la lumière des dosages de TSH faits sous cette médication.

Dès que la TSH se retrouve dans les valeurs de la normale, l’hypothyroïdie est contrôlée et les symptômes devraient se corriger. Vos symptômes peuvent cependant prendre plusieurs semaines avant de s’améliorer. La lévothyroxine n’a pas d’effets secondaires, sauf si elle est prise en dose trop élevée, entraînant ainsi une hyperthyroïdie causée par la médication. Il est important de prendre cette médication tous les jours, à distance de la prise de suppléments de calcium ou de fer qui peuvent diminuer son absorption.

En quoi consiste le traitement de l’hyperthyroïdie ?

On traite l’hyperthyroïdie avec des médicaments qui bloquent la production d’hormones thyroïdiennes : le propylthiouracil ou le méthimazole, ou bien, avec de l’iode radioactif. Plus rarement, une chirurgie de la thyroïde est nécessaire pour enrayer l’hyperthyroïdie.

Les médicaments utilisés dans l’hyperthyroïdie comportent certains effets secondaires rares mais importants, qui vous seront décrits par votre médecin : rougeur de la peau, douleurs articulaires, baisse des globules blancs, atteinte du foie, entre autres.

L’iode radioactif constitue un traitement dans l’hyperthyroïdie. Il consiste en une dose d’iode radioactif qui ira détruire la glande qui est hyperactive. En contrepartie, si le traitement est très efficace, il peut entraîner une hypothyroïdie qui nécessitera un remplacement hormonal à vie (voir section sur le traitement de l’hypothyroïdie).

D’autres médicaments comme des bêta-bloqueurs peuvent vous être prescrits par votre médecin. Ceux-ci servent à diminuer les symptômes d’hyperthyroïdie (palpitations, nervosité), mais ne traitent pas la cause.

Quel suivi doit être fait ?

Ne soyez pas surpris si les prises de sang ont lieu plusieurs semaines après l’ajustement de vos médicaments. Ça prend plusieurs semaines avant que votre dose de médicament se stabilise.

Lorsque la TSH est redevenue normale sous médication, votre médecin vous prescrira des prises de sang pour ajuster la médication, s’il y a lieu.

Des modifications importantes de votre poids, une récidive des symptômes d’hypo ou d’hyperthyroïdie, une situation particulière comme la grossesse, l’arrêt ou la prise nouvelle d’hormonothérapie féminine, devraient vous inciter à passer des tests de laboratoire plus rapidement pour faire vérifier la TSH.

Important

Nous espérons que cette fiche a pu répondre à certaines de vos questions. Veuillez noter qu’au moment où vous lisez cette capsule d’information, des nouveautés peuvent être apparues. Votre médecin demeure la personne la plus apte à bien vous conseiller sur votre condition individuelle.